Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 
Il ne peut briller un soleil dans le ciel immuable,
Il ne peut luire une lune dans la nuit profonde
Qu’en mon cœur, pays de tristes âmes coupables,
La Douleur n’abonde ;
 
Chaque jour, chaque nuit, ô infortunées voix d’ailleurs
Que l’Archange des ombres, roi des airs et de la terre,
Étouffe de ses beaux grands yeux pleins de terreurs
La voix inondée de colère,
 
Je porte vos âmes comme le ciel supporte les étoiles ;
Je suis la mer : calme ; et vous les flots : tumultueux !
Élevez-vous donc ! vieux aiglons ! et brisez ces voiles
Qui couvrent vos yeux !
 
Sur ce morne et solitaire récif : ô mon esprit !
D’instant en instant, dans un tourbillon de bruits,
Vous venez telles de géantes vagues étourdies,
Y jeter tous vos ennuis !
 
Et pendant ces soirs où les gens de mon âge, insouciants
Et joyeux, chantent et savourent leur altière jeunesse,
Moi, esseulé dans le coin d’une tiède chambre, rêvant,
Je médite vos détresses.
 
Et en priant je sens ton malheur, amère breuvage,
Pénétrer et gouverner mon cœur qui n’est plus mien,
Et, tel un pauvre Christ méconnu, un dieu sans visage,
Je porte ce fardeau qui est tien.
 
— Je prie pour tous ceux qui pleurent dans le silence,
Et j’entends tous ceux dont la Douleur a assassiné la voix ;
Et l’enfant, et la jeune fille, douces proies de la violence,
Gémissent au fond de moi.
 
Je prie aussi pour vous, ô illustres Maîtres de la terre,
Je prie pour vous qui guidez le monde selon vos desseins :
Chaque soir je confesse au ciel attentif et plein de mystère
Vos exploits malsains !
 
O petit enfant, ô toi, jeune fillette qui en silence pleures,
Lève ton front que la Douleur a pâli ! et regarde par ici :
— N’entends-tu pas cet esclave, héritier de tes douleurs,
Te dire : « Lève-toi ! et vis » ?
 
                                           F. NOUMARK WILFRIED KAMENAN
Tag(s) : #Poésie

Partager cet article

Repost 0