Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 
Aujourd’hui le mot « romantique » fait partie du langage courant ; nous qualifions : une personne, un lieu, une situation, un film, une scène… de romantique. Mais qu’est-ce qu’« être romantique » ? Eh bien, chers amis, que diriez-vous d’une balade dans le passé et le présent de ce mot si fortement, pour ne pas dire si abusivement, employé ?
Romantisme et romantique, ou la naissance d’un genre nouveau
« Sturm Und Drang ! », en allemand, et « Tempête et élan » en français : voici le nom qu’on donna au romantisme lorsqu’il vit le jour à la fin du 18ème siècle et au début du 19ème siècle. En effet, le romantisme est un mouvement littéraire et artistique né en Europe et dont les premières manifestations sont apparues en Allemagne,  notamment avec Les souffrances du jeune Werther de Goethe.
Le romantisme se caractérise par une opposition au classicisme antique, païen et méridional. Dès lors, la raison si chère aux classiques est remplacée par l’émotion et la sensibilité.
En Allemagne, il est représenté par les auteurs tels que : Goethe, Novalis, Tieck, Kleist, ou encore Madame de Staël ; en Angleterre, ce sont les Blake, Byron, Wordsworth, Coleridge, Shelley et Keats qui portent le flambeau. Le mouvement est également représenté en France par : Victor Hugo, Lamartine, Stendhal, Vigny, Musset ou encore Gautier. Tous ces auteurs rejettent non seulement la pensée rationaliste établie par les Lumières, mais également tous les canons esthétiques établis par les auteurs classiques.
C’est dans ce contexte de refus, de rébellion et d’envie d’ailleurs que naît le mot « romantique ».
Il donne une nouvelle conception de la vie digne du roman. L’Homme devient un héros dont la sensibilité règne sur tout le monde entier ; il porte son attention sur l’individu. Le Moi (Mémoires d’Outre-tombe de Chateaubriand) recherche le dépaysement spatial (goût pour l’exotisme, Voyages en Orient de G. de Nerval), temporel (goût pour l’histoire) et social (intérêt pour le peuple : Les misérables de Victor Hugo).
Pour tous ces auteurs, être un romantique, c’est refuser l’ordre du monde, en pressentant que cet ordre est un désordre qui n’intègre que les nantis et les conformistes. C’est aussi choisir la révolte, la différence jusqu’à la mort ; c’est avoir l’intuition du tragique de la condition humaine ; c’est-à-dire se rendre compte que l’Homme n’est que néant, vil ombre, fragile et soumis au temps qui exerce sur lui son pouvoir tyrannique. C’est également préférer l’ombre à la lumière, le silence au bruit, la mélancolie au bonheur considéré comme inaccessible. C’est oser des révolutions tout en se sentant las de vivre. C’est se sentir mal adapté au monde qui nous entoure, c’est préférer se réfugier dans des siècles passés, dans des mondes qui n’existent pas ou qui existent seulement dans le rêve, l’imagination, et qu’on juge meilleur. C’est ressentir de façon exacerbée tous les sentiments humains : l’amour, l’amitié, la haine, la solitude, la tristesse, la difficulté de vivre… C’est aussi ne pas avoir peur de briser tous les tabous, de regarder la mort en face, de flirter avec le blasphème, d’agir avec pour seules limites les limites de son propre entendement. Bref, être romantique à l’époque, c’est se sentir étranger au monde qu’on habite.
Cependant, même si aujourd’hui, le mot « romantique » a conservé quelques racines de sa définition historique, il en est néanmoins indéniable de constater qu’il a pris une forme bien particulière et précise.
Qu’est-ce qu’être romantique aujourd’hui ?
Au cours des siècles, plusieurs mots ou expressions employés ont changé ou pris une signification différente. Par exemple, le mot trafic, qui signifiait à l’origine « commerce, commerce illégal » a pris un autre sens : aujourd’hui, on parle de « trafic routier » pour désigner la circulation des automobiles ; ou encore le mot icône qui, à l’origine, signifiait « image ou peinture sacré », est utilisé pour désigner une personne célèbre. On dirait par exemple que Michael Jackson est une icône de la musique Pop. Et, parmi tous ces mots ou expressions qui ont changé ou pris un sens différent figure l’expression être romantique.
Nous disions au début qu’une personne, un lieu, une situation, une scène ou encore un film pouvait être qualifié de romantique. En effet, on dit d’une personne qu’elle est romantique dans le cadre de l’amour. Le romantique est directement associé à la personne qui exprime de manière inattendue et authentique l’amour qu’elle porte pour l’être aimé. On peut donc dire : « cet homme est romantique », ou « cette femme est romantique ». Être romantique apparait dès lors comme une qualité, même s’il y a certaines personnes qui apprécient peu les romantiques.
Aussi, on dit d’un lieu, d’une situation, d’une scène, d’un lieu ou d’un film qu’il est romantique. Ici, le procédé est différent, même si le résultat est presque semblable : en effet, l’élément concerné doit susciter chez la personne une certaine émotion ; une émotion amoureuse. Par exemple, retourner dans le lieu de notre première rencontre amoureuse peut réveiller en nous de beaux souvenirs qui laisseront place à l’émotion.
Nous avons montré dans un premier temps qu’être romantique, c’est d’abord être un écrivain révolutionnaire, qui refuse d’accepter le monde et ses horreurs, qui a des envies d’ailleurs, qui se sent apatride et sans famille, mélancolique et déphasé. Nous avons également vu plus tard qu’être romantique, c’est aussi être une personne qui exprime de manière inattendue et originale son amour pour l’être aimé. Nous avons enfin vu qu’un lieu, une scène, une situation ou encore un film pouvaient être romantique.
Et, même si la différence entre les deux définitions du romantique semble bien claire[1], il est tout de même incontestable de remarquer des similitudes.
Alors, après cette petite balade, pourriez-vous nous dire quel romantique êtes-vous ?
Noumark Wilfried KAMENAN
[1] Car, pour la première, il s’agit de personnes appartenant à un mouvement littéraire, et pour la deuxième de quelque chose d’émotionnel et qui est spécifiquement liée à l’amour.
# Critique paru sur le site de la revue estudiantine R.E.E.L. (Revue Ecrite par les Etudiants en Lettres)

 

Tag(s) : #Critique Littéraire

Partager cet article

Repost 0