Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

                                                     
 
Cher Gibran[2], ton œuvre est grande, et digne de louange ;
Car loin « des bavards qui se font imprimer »[3],
Seul, tu apparais, telle une étoile constellée,
Dissipant de toute part les Ombres et les voix étranges.
Puis, de par ta lueur pure, et vive,
Dans l’esprit du lecteur, telle une vague impulsive,
Tu soulèves et renverses les voiles noirs
Qui couvrent son visage, comme les fantômes des soirs.
 
J’ai vu le cœur de Warda al-Hânî[4],
Et j’ai pleuré ; Non à cause de sa profonde douleur,
Ni même pour l’âpreté de ses pleurs : —
Non. J’ai pleuré parce que le monde l’a banni,
Sans écouter sa voix, sans sonder son esprit : —
C’était une âme pure ; C’était une âme pleine d’envies.
C’était un esprit rebelle qui s’est levé contre la « Loi » :
Une Loi sinistre en qui le monde croit.
 
Mon frère, c’est vrai, les traditions sont un poison mortel ;
Hélas, tous les peuples ont la saveur à la bouche ;
Et, au fond de leurs âmes perfides et farouches,
Se dresse la lame sanglante d’un vice presqu’immortel.
 
Ô jamais n’a fleuri dans le cœur humain
Rose sans épines ! Et c’est avec volonté et zèle
Que les peuples, contre le Temps et le Destin,
Luttent corps et âmes contre leur fin Naturelle.
 
L’aviez-vous jamais lu ? Vous, mes Frères d’ailleurs ?
N’aviez-vous ouï la voix de cette âme,
Héler contre les murs des imposteurs ?
N’avez-vous entendu : « Loi humaine, aux flammes ! » ?
Car ce n’est qu’à vous seuls : petit et grand,
Sage et frivole, couvert et nu,
Qu’il a levé la voix contre ces monstres géants
Qui vous charment, et vous tuent.
 
Sinon, à nous autres Messagers, quelle est notre gloire ?
Est-ce les sifflets et les bravos de la foule ?
Non ! — Nous donnons sans rien recevoir ;
Notre gloire est de voir ces noirs voiles qui s’écroulent.
 
Or : « Être admiré n’est rien ; l’affaire est d’être aimé » : —
Être aimé à la grandeur de son esprit et de ses pensées.
 
 
                                                                                   F. NOUMARK WILFRIED KAMENAN

[1] Les esprits rebelles : titre d’une œuvre.
[2] Gibran : Auteur libanais de plusieurs œuvres et aussi des « Esprits rebelles ».
[3] « des bavards qui se font imprimer » : expression empruntée d’Alfred de Musset.
[4] Warda al-Hânî- : l’héroïne du roman en question.
Tag(s) : #Poésie

Partager cet article

Repost 0