Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

          
Côtoyer les divines étoiles
et mourir seul, navire sans
voiles
 
Qui, dans le tréfonds de la mer
s’efface
pareil au Temps dans l’espace ;
 
C’est souffrir malheur suprême
en terre inconnue que la langue
blasphème
 
Et dont le monde terrestre,
Désabusé,
hume le parfum bigarré.
 
Ah ! qu’il est plaisant et anxieux
de savoir sans effort que l’on vient des
cieux !
 
                                         F. NOUMARK WILFRIED KAMENAN
Tag(s) : #Poésie

Partager cet article

Repost 0